Océans. Une plongée insolite

Le Muséum d’histoire naturelle de Paris fait son retour sur le blog ! Avec l’exposition Océans. Une plongée insolite, explorez les fonds marins comme vous ne les imaginiez même pas. Des grandes excursions aux espèces les plus insolites, l’exposition vous fait naviguer en eaux profondes et merveilleuses…

Plongée en mer inconnue

Cette belle exposition vous propose d’explorer les océans sous toutes leurs coutures : les espèces animales mythiques, les moyens de survie d’espèces en milieux hostiles, les expéditions scientifiques de l’Antiquité à nos jours, la découverte du plancton, les enjeux écologiques au gré des courants…

Les infos sont accessibles à tous : des points, placés plus bas, s’adressent particulièrement aux enfants,  un bon nombre de stations sont tactiles et doublées de braille, les textes sont traduits en anglais, qu’il s’agisse des panneaux de salle, des cartels ou des vidéos. Tout le monde a accès aux informations.

Gobe tactile montrant le relief marin
Globe tactile montrant le relief marin
Planctons visibles à la loupe
Planctons visibles à la loupe
Plancton reproduit en version gigantesque et tactile
Plancton reproduit en version gigantesque et tactile

 

Apprendre par soi-même

Mais apprendre, ça se mérite ! Pas de posture passive, ici il faut bouger, toucher, soulever, jouer, scanner, écouter pour avoir accès à tout un corpus d’informations. On apprend par soi-même, le visiteur est impliqué : on est bien loin des cimaises et kakemono aux textes sans fins et soporifiques, je vous le dis.

Mon coup de cœur de l’exposition est un dispositif numérique, une projection à reconnaissance de mouvements. Un grand mur blanc est orné de dessins aérés et mignons : en bas du mur, quelques espèces animales, et sur le reste de l’espace, des petits schémas ou personnages. Des points jaunes projetés sur le mur s’allument par endroits. On est invité à les toucher au mur pour lancer une animation. On déclenche ainsi la projection de courts textes explicatifs et de vidéos d’interviews de scientifiques, présentant comment les fonds marins font avancer l’industrie pharmaceutique.

Un mur de projections pour expliquer le spécimen en vitrine
Un mur de projections pour expliquer le spécimen en vitrine

Pour avancer dans les explications, le visiteur doit régulièrement appuyer sur de nouveaux points jaunes. C’est trois fois rien, mais pour déclencher chaque étape le visiteur doit s’impliquer : cette nécessité d’interagir garde le visiteur en éveil.

L’ «expérience utilisateur » est très fluide. Le rendu est très doux, tant par rapport au style de dessins, qu’au fait qu’on touche un mur plutôt qu’un écran froid, ou encore par rapport à la dose de lumière. On n’a pas mal aux yeux puisque cette grande surface n’a pas d’écran dont la lumière bleue aurait été agressive dans ces salles ombres. On se repère dans les explications, car si on est aux deux tiers du mur, c’est qu’on est aux deux tiers des explications (j’aime bien savoir si les vidéos que je regarde vont être longues ou pas avant de m’y plonger). Et puis le numérique ne supplante pas les œuvres du Muséum, mais il explique au contraire les spécimens exposés en vis-à-vis, comme ici l’étoile de mer et ses propriétés médicinales. Les explications donnent envie de les regarder sous un nouvel angle !

Des projections animent un mur de dessins
Des projections animent un mur de dessins

 

Passer un bon moment en apprenant

Un des points forts de cette exposition est, comme souvent au Muséum, l’aspect ludique. On se trouve face à des jeux pour tout âge, numériques ou physiques (aviez-vous déjà fait du vélo au musée ?), des jeux de société grandeur nature. On pouvait donc pédaler pour faire bouger un décor qui dévoilait les moyens de moins polluer les océans ; on avait aussi la possibilité de jouer à un Qui est-ce ? pour se familiariser avec les planctons, écouter l’histoire de la survie d’un oursin, se mettre à la place d’un scientifique disséquant une crevette… Allier jeu et données précises : la pédagogie comme je l’aime !

Qui est ce plancton ?
Qui est ce plancton ?

 

En prendre pleins les mirettes !

Ce qui a vraiment fait la différence pour moi, la cerise sur le gâteau en quelque sorte, c’est bien la scénographie un poil féerique, insolite et le fait que l’exposition nous amène aussi à rêver, au-delà des informations scientifiques. L’océan, c’est une masse sombre, inconnue, mystérieuse. Tout au fond, des bêtes improbables, des espèces insoupçonnées, des couleurs inattendues. On s’émerveille devant les couleurs fluo des micro-organismes qui sortent des abysses sombres, devant les capacités improbables des êtres marins, on redécouvre des spécimens merveilleux, parfois mythiques.

La belle scénographie de l'exposition
La belle scénographie de l’exposition
Un dispositif audio venu d'une autre époque
Un dispositif audio venu d’une autre époque

La scénographie feutrée nous transporte dans divers univers : les profondeurs couleur de nuit, un salon du début du XXe siècle (à l’époque où on observait le mystérieux régalec), … J’ai apprécié le soin scénographique apporté aux dispositifs multimédias. L’un d’eux a été camouflé dans un appareil téléphonique d’un autre temps, un poil désuet et tellement plus charmant, vous en conviendrez. Un autre est présenté sur un écran rond, comme si on regardait la vidéo depuis un hublot.

Ecran numérique en forme de hublot
Ecran numérique en forme de hublot

La scénographie ne se contente pas d’être très belle et immersive, elle est aussi bien pensée. Lorsqu’un serious game propose de se mettre à la place d’un scientifique, d’une part le jeu de rôle est amusant, d’autre part l’écran ne remplace pas les œuvres puisqu’il permet fictivement de disséquer une vraie crevette présente juste à côté.

 

En bref

Pour trame de fond une scénographie soignée, de belles œuvres, assaisonnées d’un propos précis, le tout saupoudré d’une bonne dose de jeux : on tient une recette qui gagne ! La variété des approches permet d’ouvrir le propos de l’exposition à un large public : des retraités, des étudiants venus croquer les différents spécimens, de jeunes adultes…

Comme cette exposition est accessible aux familles,
j’ai aussi écrit une revue de l’expo sur le blog de Môm’art ! 😉

 

Infos pratiques

Muséum national d’Histoire naturelle
36 rue Geoffroy Saint-Hilaire
75 005 Paris
Du 3 avril 2019 au 5 janvier 2020, tous les jours sauf le mardi.

Le Muséum propose une programmation très riche autour de l’exposition, à retrouver sur cette page, de même que les horaires et tarifs. Avant ou après votre visite, vous pouvez lire le dossier de presse très développé juste ici.

Un commentaire sur “Océans. Une plongée insolite

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :